Le Shâh-i Zinda à Samarkand : "restaurations" sauvages et destruction d'un patrimoine

Le Shâh-i Zinda, photographié par Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii entre 1905 et 1915.
Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii Collection (Library of Congress).
Source : Wikimedia Commons.

A Samarkand, ancienne capitale de Tamerlan, le Shâh-i Zinda est un ensemble de mausolées timourides, construits entre la fin du XIVe siècle et la première partie du XVe siècle autour de la tombe attribuée à un saint du VIIe siècle, Qutham ibn Abbâs. Edifié au XIe siècle, le mausolée du saint devint l'objet d'un pèlerinage régulier, et après l'abandon temporaire du site après l'invasion mongole qui détruisit entièrement l'ancienne Samarkand, la famille timouride fit construire plusieurs mausolées et édifices, principalement sous le règne de Tamerlan mais aussi sous celui du petit-fils du conquérant, Ulugh Beg.

Les mausolées sont alignés le long d'une allée, et construits sur une pente dans la partie inférieure du complexe. Trois portails ou espaces voûtés (chârtâq ou tchortok) ponctuent cette rue funéraire : un grand portail d'entrée dominant la route, un second au sommet de l'escalier, un troisième situé entre le complexe de Tuman Aqa et le sanctuaire du saint. Si l’architecture des mausolées est immuablement une salle à coupole, leur décoration est en revanche d’une variété et d’une qualité extraordinaires : c’est là que se trouvent quelques-unes des plus belles oeuvres en céramique émaillée de l’Asie centrale et de l’art islamique.

Au long du XXe siècle, et jusqu'au tout début des années 2000, le Sâh-i Zinda avait fait l'objet de restaurations intelligentes et soignées, peu interventionnistes. Mais en 2005, et pendant quelques mois, des "restaurations" sauvages ont conduit à refaçonner entièrement le site : des dômes ont été construits sur des mausolées qui les avaient perdus, des céramiques anciennes ont été partiellement enlevées et remplacées par des nouvelles, des surfaces nues (intérieures aussi bien qu'extérieures) couvertes de décors nouvellement créés. De passage dans le site en automne 2005, je me souviens avoir vu des ouvriers travaillant parfois frénétiquement, à la pioche surtout, sans soin ; je me souviens également avoir vu des plaques de tôle couvrant négligemment (pour les protéger ?) des cénotaphes, des giclures de plâtre sur les délicats décors à l'or du mausolée anonyme n° 2 (mausolée n° 5 sur le plan ci-dessous), des plaques de céramique anciennes entreposées verticalement dans un large sac, posé sur le sol d’une salle du complexe de Tuman Aqa. Le résultat, je l’ai découvert en 2006 : un site devenu clinquant et artificiel, où les témoignages authentiques des XIVe-XVe siècles sont le plus souvent noyés par des réalisations tape-à-l’oeil, aux couleurs mal choisies, criardes ou ternes, techniquement faibles et médiocres.

Le dossier iconographique ci-dessous n'a pas d'autre but que de présenter quelques pièces permettant de juger des changements. On trouvera, outre des vues générales, des images des mausolées particulièrement transformés par ces interventions. Les photographies montrant l'état ancien du site, et qui apparaissent toujours en premier en dessous des titres, sont des diapositives prises entre 2001 et 2004 ; les photographies du site transformé sont des images numériques prises en 2007 et 2008. Le plan ci-dessous signale les trois portails et, par une numérotation, les mausolées dont il est question ici.



Source de l'image : Google Earth (droits réservés).




Vue générale depuis la route









Vue de l'allée entre le 2e et le 3e portail dans la direction de ce dernier









Vue de l'allée entre le 2e et le 3e portail
(les mausolées à gauche et au centre correspondent aux mausolées n° 4 et 5 sur le plan)










Mausolées au-delà du 3e portail (mausolées n° 6 et 7 sur le plan)









Le mausolée de l'Emir Zade (mausolée n° 1 sur le plan)









Le mausolée de Shirin Biqa Aqa : portail (mausolée n° 2 sur le plan)









Le mausolée de Shirin Biqa Aqa : le dôme (mausolée n° 2 sur le plan)









Le mausolée de Shirin Biqa Aqa : intérieur (mausolée n° 2 sur le plan)












L'Octaèdre : extérieur (édifice n° 3 sur le plan)









L'Octaèdre : intérieur (édifice n° 3 sur le plan)









Le mausolée d'Ostad Ali (mausolée n° 4 sur le plan)









Mausolée de Tuman Aqa (mausolée n° 6 sur le plan)









Mausolée d'un inconnu (mausolée n° 8 sur le plan)







Photographies : ©Patrick Ringgenberg